Tout ce qu’il faut savoir sur le prix du gaz


Pourquoi le prix du gaz varie-t-il, à la hausse ou à la baisse ? Quelles sont les composantes du prix du gaz ? Quelles solutions pour maîtriser son budget ? Découvrez ce qu’il faut savoir pour comprendre votre facture de gaz !

Quelles sont les composantes du prix du gaz ?

Sur la facture de gaz naturel d’un client particulier se chauffant à cette énergie, le prix de la molécule représente environ 40% du montant total à payer. C’est cette « brique » qui est à l’origine des principales variations des prix du gaz. Le reste est composé :

  • des coûts d’infrastructures (transport, stockage et distribution),
  • des coûts de commercialisation (gestion de la clientèle, collecte des Certificats d’Economie d’Energie, etc.)
  • et des taxes et contributions (Taxe Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel, Taxe sur la Valeur Ajoutée, et Contribution Tarifaire d’Acheminement).

Le prix du gaz, celui que l’on retrouve sur sa facture, est donc composé de ces différentes briques, qui sont le reflet des coûts de l’ensemble de la chaine gazière, depuis l’exploration-production jusqu’au consommateur.

 

Décomposition des coûts couverts par la facture au tarif réglementé de vente de gaz naturel d’Engie pour un client moyen en octobre 2021(1)

Décomposition du prix du gaz

 

 

À quoi correspondent les différents éléments de la chaîne gazière ?

L’approvisionnement

La France importe 99 % de sa consommation de gaz de réseau depuis des sources diversifiées, avec une prépondérance de la Norvège, de la Russie et de l’Algérie. Les variations des coûts d’approvisionnement reflètent les évolutions des prix du gaz sur les marchés européens et mondiaux.

Les infrastructures gazières

Elles sont constituées des réseaux de transport (grandes artères alimentant la France depuis les points d’entrée du gaz sur le territoire, gazoducs ou terminaux méthaniers) et des réseaux de distribution (qui alimentent les foyers, les entreprises et les collectivités par des canalisations de plus petite taille). Les stockages souterrains sont un maillon essentiel de cette chaîne. Ils assurent la sécurité d’approvisionnement en régulant le déséquilibre entre la demande saisonnière de gaz et l’approvisionnement continu par les gazoducs. La demande est en effet 6 fois supérieure en hiver qu’en été.

Pourquoi le prix du gaz varie-t-il ?

Le prix du gaz est influencé par différents facteurs qui agissent sur l’offre et la demande et sont autant de sujets de tension sur les prix :

  • La quantité de gaz disponible sur le marché : la décision des producteurs de gaz de produire et/ou de vendre plus ou moins de volumes, des maintenances sur les infrastructures internationales sont autant de facteurs qui font varier l’offre disponible.
  • La situation macro-économique et les facteurs géopolitiques : les prix du gaz naturel – comme ceux du pétrole, sont très sensibles aux conjonctures politique et économique. En cas d’instabilité politique dans les pays producteurs, la production peut diminuer ou être contingentée. Une baisse de production – et donc de l’offre – entraîne le plus souvent une augmentation des cours. De même, un pays ou une zone économique qui connaît une forte croissance captera une part croissante de la production mondiale, entrainant une tendance haussière.
  • Les températures extérieures : le gaz étant principalement utilisé pour le chauffage (hors process industriels), les consommations de gaz augmentent sensiblement avec les vagues de froid. La demande augmentant plus vite que l’offre, les prix s’élèvent.
  • La demande de gaz pour la production d’électricité : en cas de tension sur le système électrique, due à un pic de demande ou à une faible disponibilité des moyens de production non pilotables, il devient nécessaire d’activer des centrales flexibles pour assurer l’équilibre entre production et consommation. une grande proportion de ces équipements fonctionne au gaz.
  • Les taux de change : la différence entre les cours des monnaies et notamment la parité euros/dollars ont un effet sur les prix du gaz.

Quel est le coût du kWh de gaz en France ?

Il faut distinguer les tarifs réglementés de vente de gaz (TRVG) et les offres de marché.

Les tarifs réglementés

Ils sont fixés en accord avec la Commission de régulation de l’énergie et révisés chaque mois. Sauf exception, ils reflètent strictement l’évolution des coûts des fournisseurs historiques. L’indexation de la part approvisionnement sur les indices de prix de marché engendre des hausses et des baisses qui traduisent l’évolution des conditions de marché du gaz. Par exemple, en 2020, pendant la crise sanitaire, les prix mondiaux du gaz se sont effondrés et les clients au tarif réglementé ont bénéficié pendant 6 mois de prix du kWh bas.

Seuls les fournisseurs historiques (Engie et les entreprises locales de distribution ou ELD) peuvent proposer ces tarifs à leurs clients.
Les tarifs réglementés de vente du gaz représentent seulement une fraction des ventes de gaz naturel en France. Les entreprises, les collectivités et environ les trois quarts des consommateurs résidentiels ont des offres de marché.

À noter que les tarifs réglementés ne sont plus disponibles que pour les particuliers et les copropriétés consommant moins de 150 000 kWh de gaz par an. Ils sont appelés à disparaître définitivement en juin 2023 pour les contrats en cours et il n’est déjà plus possible de souscrire un contrat à tarif réglementé (loi Énergie-Climat du 8 novembre 2019).

Les offres de marché

Elles sont accessibles aux consommateurs français depuis l’ouverture des marchés de l’énergie (en 2004 pour l’ensemble des entreprises, en 2007 pour les particuliers). Ce sont des offres de fourniture dont les prix sont fixés librement par les fournisseurs d’énergie, en particulier en fonction des conditions auxquelles ils peuvent s’approvisionner sur les marchés de gros.

Pour assurer de la visibilité aux consommateurs, les fournisseurs proposent des offres à prix fixe sur 1 à 4 ans, qui sont révisés à l’échéance du contrat. Des offres indexées sur les tarifs réglementés peuvent également être proposées. Le prix de la molécule varie selon la date de signature du contrat en offre de marché (notamment du fait des variations des prix d’approvisionnement), selon le profil de consommation et selon le type d’offre choisi.

Pour vous aider dans votre choix, le site énergie-info présente un comparatif des offres des différents fournisseurs présents sur le territoire français. Il rend compte également de la part d’approvisionnement en gaz vert proposé pour chaque offre.

Le gaz est-il toujours une énergie compétitive ?

Dans la durée, le gaz reste une énergie compétitive, comparé aux autres sources d’énergie, qui elles aussi subissent des variations de prix. Sur les 15 dernières années, la facture annuelle de chauffage et d’eau chaude d’une maison-type équipée d’une chaudière au gaz naturel a été en moyenne de 20% à près de 50% moins chère que celle des principales solutions alternatives.

Factures énergétiques de chauffage et eau chaude moyennes sur 15 ans (2007 - 2021) pour différentes énergies en maison individuelle existante(2)(en Euros TTC/an)

 

Le prix du gaz, comme celui des autres énergies et de toutes les matières premières, évolue en permanence, à la hausse comme à la baisse. Ces évolutions reflètent les variations sur les marchés européens et mondiaux. Le consommateur a toujours la possibilité de conserver la maîtrise de son budget, voire de faire des économies :

 

A noter
Le remplacement d’une ancienne chaudière (gaz, fioul charbon) par une chaudière gaz plus performante ou par une pompe à chaleur hybride – association d’une chaudière à condensation au gaz et d’une Pompe à Chaleur - permet de réduire les consommations d’énergie et donc de réaliser des économies au quotidien.
Ainsi, l’installation d’une chaudière à Très Haute Performance Énergétique (THPE)(3), grâce à ses rendements améliorés, permet des économies allant jusqu’à 30 % sur les consommations de chauffage et d’eau chaude selon l’ancienneté de la chaudière remplacée(4).

Besoin d’un accompagnement pour vos travaux de chauffage ?

 

Contactez un expert GRDF

A lire aussi

Baromètre des énergies : des données fiables sur le prix des énergies

Combien coûtent le fioul, l’électricité, le gaz en citerne, le gaz naturel ou le bois en granulés ?

energie-consommer

Mieux comprendre et agir sur vos consommations de gaz

Visualiser ce que l’on consomme, c’est bien. Le comprendre, c’est encore mieux. Et agir pour utiliser au mieux l’énergie, c’est l’idéal !

Les critères essentiels pour estimer votre consommation de gaz naturel

Comment prévoir au mieux sa consommation de gaz ? Cet article passe en revue les principaux paramètres ayant une influence..


  • (1) Source : Communiqué de presse de la Commission de Régulation de l’Energie du 27 septembre 2021

    (2) Hypothèses de calcul et sources :

    • Maison individuelle construite en 1985, de surface indicative 100 m².
    • Consommations énergétiques de chauffage et eau chaude selon méthode 3CL-DPE : basées sur besoins annuels types RT1982 calculés selon énergie de chauffage (100 kWh/m² en électricité, 107 kWh/m² pour les combustibles, 18 kWh/m² pour l’ECS toutes énergies) et rendements globaux des équipements installés (convecteurs NFC + cumulus > 15 ans en électricité, chaudière > 15 ans pour les combustibles, eau chaude instantanée en gaz naturel et propane, accumulée en fioul).
    • Factures énergétiques basées sur les consommations de chauffage et eau chaude (abonnement inclus pour le gaz naturel, différentiel d'abonnement 12 kVA heures creuses / 6 kVA base inclus pour l'électricité), hors autres usages, hors frais de maintenance.
    • Prix des énergies : moyennes annuelles des tarifs réglementés pour le gaz naturel et l’électricité (source : site Energie-Info du Médiateur National de l’Energie), moyennes annuelles des prix disponibles sur la base de données Pégase (MTES/SDES) pour le fioul et le propane.

    (3) Une chaudière individuelle à très haute performance énergétique (de puissance inférieure ou égale à 70 kW), est caractérisée par une efficacité énergétique saisonnière pour le chauffage, définie selon le règlement (UE) n° 813/2013 de la Commission du 2 août 2013 portant application de la directive 2009/125/ CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les exigences d'écoconception applicables aux dispositifs de chauffage des locaux et aux dispositifs de chauffage mixtes, supérieure ou égale à 92 %

    (4) Économies d’énergie en kWh/an : jusqu’à 20% en remplacement d’une chaudière standard moderne et jusqu’à 30% en remplacement d’une chaudière de plus de 20 ans