ACTUALITÉ | Rénovation énergétique

04.12.2020 - 11H22

Cinq clics suffisent pour engager des travaux de rénovation

Avec l’aide de GRDF, le bureau d’études Ingérop Conseil et ingénierie a récemment mis au point un outil d’aide à la décision pour les travaux de rénovation énergétique. Explications avec Christophe Roquel, chef de service « Sciences de la construction » pour la région Nord & Est.


L’outil élaboré par Christophe Roquel, chef de service « Sciences de la construction » au sein du bureau d’études Ingérop pour la région Nord & Est, en collaboration avec Valentin Klein, ingénieur chargé d’étude « Construction durable », est aujourd’hui en bêta-test. Mais tout fonctionne, assurent ses créateurs, qui reviennent ici sur les travaux menés depuis dix mois (confinement compris) pour parvenir à créer un véritable outil d’aide à la décision, rapide et simple d’usage.

 

 

 

Quel a été le point de départ ?

GRDF nous a confié une réflexion sur la massification de la rénovation énergétique. Nous avons donc utilisé leur base de données, qui comprend l’ensemble du parc de logements existants en France, par typologie, avec toutes les données statistiques et techniques par zones. A partir de là, nous avons extrait cinq grandes typologies de logements compatibles avec une rénovation énergétique pertinente.

Seulement cinq typologies ?

Nous avons retenu seulement les cas présentant des contraintes limitées pour des rénovations performantes et représentant une part prépondérante des logements existants énergivores. L’objectif premier est de favoriser la massification de la rénovation !

Ensuite, nous avons déterminé un bâtiment type par typologie toujours à partir de la base de données. Ceci nous a permis de le modéliser sur un logiciel thermique et énergétique, pour en connaître l’état existant et proposer plusieurs scénarios de rénovation énergétique : ils vont du travail d’amélioration de l’enveloppe, pour plus de sobriété énergétique, jusqu’à l’amélioration des équipements techniques, avec une production de chaleur adaptée aux nouveaux besoins, de meilleurs rendements et des solutions efficientes de taille réduite. Sur les rendements globaux, nous tablons sur des niveaux qui passent de 70% à au moins 85 à 90%.

Nous avons ensuite déterminé les différentes solutions possibles pour l’enveloppe, avec les fenêtres, les murs, les toitures et les planchers bas, sans oublier la mise en conformité systématique d’une ventilation efficace et permanente ni, bien sûr, l’installation soit d’une chaudière individuelle collective, soit d’une pompe à chaleur, soit encore d’une pompe à chaleur gaz ou de panneaux solaires thermiques.

Combien de résultats avez-vous obtenu avec toutes ces possibilités ?

Nous avons établi une matrice de résultats avec toutes les solutions prises isolément ou ensemble, de manière à disposer de toutes les combinaisons possibles. Résultat, nous avons obtenu plus de 1000 résultats de calcul qui constituent autant de possibilités de choix de rénovation. La modélisation prend en compte l’état du système technique, avec la possibilité de partir de l’existant ou de le refaire intégralement.

Et nous laissons la possibilité de se fixer l’objectif final, à savoir soit le simple respect de la réglementation avec le niveau RT existant, soit le niveau BBC Rénovation avec la prise en compte des CEE. Le recours aux matériaux isolants biosourcés n’a pas été occulté et est également intégré en 3ème possibilité associé au niveau BBC Rénovation.

 

Interface utilisateur

Et c’est ensuite que vous avez décidé d’en faire un logiciel grand public ?

Oui. Sur cette base, nous avons conçu une interface utilisateur qui permet de sélectionner sa typologie, d’y intégrer très simplement ses données et d’indiquer ses ambitions de rénovation. Il suffit ensuite de sélectionner ses choix et d’appuyer sur « Résultats ».

L’utilisateur obtient alors :

  • l’affichage équivalent aux étiquettes DPE avant et après l’opération de rénovation avec le niveau des émissions de gaz à effet de serre,
  • le gain en termes de consommation énergétique,
  • le niveau des CEE valorisables,
  • le coût global à l’investissement,
  • le coût global sur 30 ans, au mètre carré.

Avec cet outil d’aide à la décision, actuellement en bêta test, le but n’est pas de remplacer la maitrise d’œuvre. Il faut davantage le concevoir comme un pré-diagnostic d’aide à la décision. En cinq clics, le client dispose d’éléments pour envisager des travaux de rénovation.

Comment se présentent les résultats ?

L’outil est très pédagogique, avec de nombreux graphiques. Les courbes permettent de comprendre le gain de chaque action, que le choix concerne l’enveloppe ou le système technique. Il permet surtout à chaque personne d’envisager la rénovation énergétique en fonction de ses moyens. Pour l’instant, cet outil, qui nous a pris six mois de conception, fonctionne pour la zone climatique de la région Hauts-de-France et la Normandie, mais il peut évidemment être étendu à la France entière.

A lire aussi

Dol-de-Bretagne : 80 logements rénovés passent en classe B

La réhabilitation de la résidence André Malraux en Ille-et-Vilaine a certes pris deux ans mais les r...

Résidence Les Gémeaux : trois objectifs pour une rénovation

Avant le démarrage des travaux, des réunions de concertation ont ainsi été organisées avec les archi...

Quelle rénovation pour un parc vertueux ?

Pour répondre aux objectifs gouvernementaux liés à la transition énergétique et aux impératifs des p...