ACTUALITÉ | Transition énergétique

08.09.2020 - 10H15

Fin du fioul : changer seulement pour un brûleur à gaz ?

Alors que le gouvernement vient d’interdire les chaudières au fioul à partir du 1er janvier 2022, les copropriétés disposant d’un équipement au fioul récent peuvent ne changer que le brûleur. Une solution pertinente en matière énergétique et environnementale comme sur le plan financier.

L’interdiction d’installer une chaudière au fioul a été annoncée par le gouvernement cet été. A compter du 1er janvier 2022, il n’y aura donc plus aucun remplacement ou nouvelle installation de ce type d’équipement qui, rappelons-le, était dans le viseur des pouvoirs publics depuis plusieurs années déjà en raison de ses importants rejets de CO2. Cette récente annonce concerne de nombreuses copropriétés en France. Pour l’exemple, quelques 1500 copropriétés sont encore concernées à Paris, selon une étude de l’Agence Parisienne du Climat (APC).

 


Avant d’envisager des transformations importantes dans la chaufferie, une solution alternative se dessine : il s’agit de changer seulement le brûleur fioul par un brûleur gaz. « Cette solution est intéressante à condition que la chaudière au fioul existante soit à condensation, comme le sont généralement celles installées depuis moins de dix ans en moyenne », indique Kevin Mercier, chargé d’études et formateur au sein du Costic (Comité scientifique et technique des industries climatiques), qui a précisément réalisé une étude sur le sujet. « Il faut que l’installation soit conçue pour favoriser la condensation : c’est notamment pour cela qu’il est recommandé d’utiliser une régulation par loi d’eau. De plus, la puissance du nouveau brûleur doit être adaptée aux besoins de la copropriété, d’autant plus si des opérations de rénovations ont été effectuées. Malheureusement, la puissance est souvent supérieure à ce qui est nécessaire. C’est ce qu’on appelle un surdimensionnement et qui entraîne une diminution du rendement du système et un coût d’achat plus important ».

 

Obligations réglementaires

En plus de ces conditions importantes pour réaliser des économies, tant sur le plan de l’investissement financier qu’en termes de consommation d’énergie, il convient de mettre la chaufferie en conformité. Pour passer d’un brûleur fioul à un brûleur gaz, les principales obligations sont les suivantes :

 

  • Créer ou se raccorder à une alimentation gaz, conforme aux dispositions de l’arrêté du 23/02/2018. - Déposer la cuve à fioul, obligatoire dans le cadre d’un changement d’énergie.
  • Mettre en conformité la ventilation et les protections incendie, celles-ci étant assez simples à respecter dans le cadre du gaz.
  • Contrôler la conformité de la fumisterie

Si le bénéfice environnemental est évident grâce à la baisse des émissions de CO2, le gain économique à l’usage l’est tout autant en raison de la compétitivité du prix du gaz. Quant au coût du brûleur gaz lui-même, il varie assez largement, de 2000 euros HT à 8000 euros HT, en fonction de la puissance du brûleur et de son type de régulation.

A lire aussi

#

Le point de vue de l’Agence Parisienne du Climat

L’Agence Parisienne du Climat (APC), chargée d’accélérer la transition énergétique dans la capitale, présentait un plan d’actions..

#

Les 4 avantages du gaz en copropriété

Simple à installer, économique, respectueux de l’environnement et compatible avec d’autres énergies renouvelables.

#

Conversion fioul / gaz en chaufferie : remplacement du brûleur sur des chaudières de puissance comprise entre 70 kW et 1 MW

Ce dossier technique traite des solutions techniques offertes pour convertir au gaz une chaufferie fonctionnant au fioul.