RE 2020 : les solutions compatibles gaz


Qu’on se le dise, le gaz n’est pas interdit dans la RE 2020 et conserve toute sa place construction neuve. La nouvelle réglementation environnementale consiste à se mettre dans la trajectoire de la neutralité carbone en 2050. Elle n’interdit aucun vecteur énergétique en particulier. On fait le point sur les solutions compatibles avec ces exigences.

Ce qui change dans la conception de bâtiments neufs

L’objectif de la RE 2020 est de construire des bâtiments sobres, consommant entre 15 et 20 % d’énergie primaire de moins que dans la RT 2012, et produisant donc moins d’émissions de gaz à effet de serre à l’usage. Elle encourage le recours aux énergies renouvelables à travers l’introduction d’un nouveau critère sur les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation d’énergie du bâtiment (IC énergie) et d’un coefficient de consommation de consommation d’énergie primaire non renouvelable (Cep,nr).

Le confort d’été devra être assuré au travers d’une conception bioclimatique renforcée, favorisant le recours aux solutions passives de rafraichissement. Cette exigence s’illustre par la création de l’indicateur Degré-heures (DH).

Enfin, le carbone lié à la construction en elle-même est introduit par la prise en compte de l’analyse de cycle de vie (ACV) du bâtiment, dans une approche dite dynamique qui intègre tous les éléments constructifs du bâtiment et encourage le recours aux matériaux biosourcés. Les exigences de cet indice carbone composant (IC composant) sont progressives, avec trois paliers en 2025, 2028 et 2031.

Un principe intangible : la RE 2020 s’applique à la date de dépôt du permis de construire.

Les solutions gaz compatibles

Le gaz reste une solution réglementaire dans la construction neuve. Si la RE 2020 impose des critères ambitieux en matière de réduction des consommations d’énergie primaire, d’émissions de gaz à effet de serre et d’inconfort en été dans les bâtiments neufs, elle n’exclut pas le gaz.

Les solutions en logement individuel

 

  • Ainsi, le seuil de 7 kgCO2/m2/an (dérogatoire pour les maisons individuelles dont la demande de permis de construire est déposée avant le 31/12/2023, dès lors que le permis d’aménager prévoyant une desserte au gaz a été octroyé avant le 01/01/2022) est atteint avec une chaudière individuelle couplée à un chauffe-eau thermodynamique (CET) ou  à un chauffe-eau solaire (CESI) ou avec une PAC hybride gaz.
  • Le seuil ambitieux de 4 kgCO2/m2/an fixé pour les maisons individuelles dès 2022 est compatible avec des PAC hybrides gaz optimisées. Les chaudières à condensation alimentées au biométhane pourront compléter la gamme des solutions compatibles lorsqu’il sera reconnu dans la RE 2020.

Les solutions en logement collectif

 

En logement collectif, les chaudières individuelles et collectives gaz, associées à un renforcement du bâti, permettent de respecter le seuil de 14 kg CO2eq /m²/an fixé pour 2022. 

Associer un chauffe-eau thermodynamique ou un chauffe-eau solaire à la chaudière permet d’aller encore plus loin dans la décarbonation.