Bailleurs sociaux et connectivité du parc de logements

Effet de mode ou solution de gestion incontournable ?

Chaudiere connectée - GRDFLa chaudière connectée est une réalité en cette année 2017. Les fabricants proposent tous à leurs catalogues une solution de connectivité performante. Pour quelles raisons choisir aujourd’hui une chaudière connectée ?

Retrouvez ici les éléments clefs pour mieux comprendre et s’approprier cette nouvelle technologie.

Comment ça marche ?

1. La récupération des données

Une chaudière connectée permet de collecter près de 150 paramètres d’ordre technique et de consommation. Les informations peuvent être transmises de différentes manières vers le SI du constructeur de chaudière :

  • La box internet du client est utilisée comme passerelle. Comme pour l’utilisation d’une tablette, la chaudière va se connecter en Wifi à la box pour faire transiter les données.
  • Les réseaux d’objets connectés (IOT) comme SIGFOX ou LORA.
  • Les réseaux de télécommunication classiques (Orange, SFR, Free et Bouygues) sont utilisés dans certains cas pour combler l’absence des deux réseaux cités précédemment.

2. Le traitement des données

Une fois les informations collectées, les différents systèmes d’information traitent les données de plusieurs types :

  • Les données urgentes, généralement liées à une panne majeure et qui nécessite une intervention rapide ;
  • Les données de monitoring global, qui permettent de connaître l’évolution de l’usure des pièces et, à terme, de déclencher des interventions préventives ;
  • Les données de consommation, qui sont dédiées à l’utilisateur final pour l’informer de la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

3. La publication des données et services associés

On distingue deux axes de publication :

  • Vers l’utilisateur final, pour la consultation de ses consommations et pour être averti d’une panne ;
  • Vers le prestataire de services ou vers l’organisme HLM, pour la gestion des interventions.

La chaudière connectée permet au bailleur une gestion facilitée de son parc.
État du matériel en temps réel, visites périodiques…Autant d’indicateurs qui permettent aux bailleurs :

  • Un pilotage simplifié de la performance des prestataires qui assurent la maintenance de leur parc de chaudières ;
  • L’atteinte d’un niveau de satisfaction renforcé de leurs locataires, grâce à une meilleure réactivité et des interventions à distance.

Pour toute publication des données sur une plateforme web ou dans une application, le propriétaire de la donnée (= l’utilisateur final) doit donner son accord (cf. l’encadré « Droits sur les données »).

Bien préparer l’avenir : avoir le réflexe de la connectivité

Vous devez choisir les solutions énergétiques d’un programme neuf ou renouveler le parc de chaudières de logements existants ? Pensez dès aujourd’hui à intégrer la connectivité dans vos appels d’offres de chaudières.
Si cela vous semble prématuré d’investir dans des solutions connectées, vous pouvez demander que les chaudières soient « connectables ». Cela vous permettra d’adapter facilement votre parc de chaudières au gré de vos besoins futurs et de bénéficier, sans regret, des avancées technologiques développées pendant leur durée de vie. Une chaudière « connectable » pourra migrer en « connectée » facilement grâce à un boîtier additionnel dans les années suivant son installation.

GRDF, un acteur de plus en plus connecté…

Dans la lignée de ces évolutions technologiques, GRDF pilote un certain nombre de projets portant sur les données de consommation de gaz naturel :

Le projet GRDF ADICT

Pour répondre aux demandes croissantes d’acteurs du monde digital et du monde de l’énergie, GRDF a lancé fin 2016 le projet GRDF ADICT (pour “Accès aux Données Individuelles des Clients par des Tiers”), qui vise à faciliter un accès sécurisé et automatique, en masse, aux données de consommation individuelle des clients par de multiples tiers autorisés.
Les données ainsi disponibles sont les quantités quotidiennes de gaz consommées en m3 et en kWh, avec jusqu’à 5 ans d’historique, ainsi que les informations techniques et contractuelles sur le point de livraison concerné. Une expérimentation a été lancée avec une quinzaine de partenaires. Avec eux, GRDF co-construit les API (Interfaces de programmation) et les processus d’accès aux données. Une industrialisation du service est prévue en mars 2018.


Portrait de Brigitte Bozic – Responsable prescription nationale chez Chaffoteaux - GRDF Point de vue de Brigitte Bozic – Responsable prescription nationale chez Chaffoteaux
« La donnée devient un outil au service des gestionnaires de patrimoine »
S’agit-il d’un véritable mouvement de fond, ou d’un phénomène de mode ?

« C’est un véritable mouvement de fond, directement lié à l’explosion des smartphones. La filière industrielle maîtrise pleinement le fonctionnement des équipements de chauffage, de ventilation, de rafraîchissement et de production d’eau chaude sanitaire. Elle compte donc aller au-delà d’un simple pilotage marche/arrêt du générateur et proposer une véritable modulation de puissance, source d’économies et de confort thermique pour les usagers. Par ailleurs, dans la mesure où les postes chauffage et production d’ECS représentent un poids important dans la facture des ménages, il s’agit de ne pas tuer le gisement potentiel d’économies avec des solutions approximatives de gestion de l’énergie ! »