Les aides fiscales et financières des véhicules GNV


Parce qu’il est moins polluant, le GNV est encouragé par les pouvoirs publics, et en particulier pour alimenter les poids lourds. C’est pourquoi la mobilité au gaz naturel bénéficie de divers avantages fiscaux et financiers en France.

Suramortissement pour les véhicules GNV

Le suramortissement pour l’achat de véhicules fonctionnant au GNV permet de bénéficier depuis 2016 d’une déduction extra-comptable (charges sur le résultat fiscal de l’entreprise). Cette mesure concerne toutes les entreprises soumises au régime réel d’imposition (IS : impôt sur les sociétés - IR : impôt sur le revenu). Les collectivités territoriales en sont donc exclues.

Le suramortissement s’appliquera au minimum jusqu’au 31 décembre 2024 pour les utilitaires (camions, autocars et autobus) dont le PTAC* est supérieur ou égal à 2,6 tonnes. Cette aide vise à compenser le coût d’achat plus élevé des modèles GNV par rapport aux diesel. Le dispositif permet de déduire fiscalement un montant supérieur au prix d’achat des véhicules.

*PTAC : poids total autorisé en charge.

Comment fonctionnent le suramortissement sur les véhicules GNV ?

Trois tranches constituent le barème du suramortissement. Calculé sur le prix d’achat du véhicule et son PTAC, il est de 20% pour les modèles compris entre 2.6 et 3.5 tonnes, 60% entre 3.5t inclus et 16 tonnes, et 40% au-delà.

  2,6-3,5 tonnes 3,5-16 tonnes A partir de 16 tonnes
Suramortissement 20% 60% 40%
Amortissement total 120% 160% 140%

 

Prenons le cas d’un camion d’un PTAC de 3,5 tonnes acheté 150.000 euros. Le suramortissement, au taux de 60%, est donc de 90.000 euros. Si l’entreprise est imposée à 28%, son avantage total s’élève à 25.200 euros (90.000 x 28%). A l’année, avec une durée classique d’amortissement de 5 ans, la réduction d’impôt représente 5.040 euros. Si la somme à verser au Trésor Public est nulle sur un exercice, l’avantage est reporté à l’année suivante.

Quid en cas de location ?

L’achat n’est pas le seul mode d’acquisition d’un véhicule. Qu’en est-il de l’avantage du suramortissement avec des formules qui s’apparentent à une location ?

  • Dans le cas d’une location avec option d’achat (LOA) ou d’un crédit-bail, fiscalement, c’est le transporteur qui bénéficie du suramortissement. Au contraire, dans le cas d’une location longue durée (LDD), fiscalement, c’est le loueur qui bénéficie du suramortissement.
  • A noter que les loyers des locations à longue durée (LLD) sont soumis à une TVA de 20%. Pour les sociétés qui y sont assujetties, cette taxe est récupérable sur la durée totale du financement.

La prime à la conversion pour les véhicules GNV

Les véhicules fonctionnant au GNV sont exclus du bonus gouvernemental. En revanche, les utilitaires dont le PTAC est inférieur à 3,5 tonnes sont éligibles à la prime à la conversion. Son montant est de 1.000 euros pour les entreprises. Pour en bénéficier, il faut cependant pouvoir sacrifier une voiture particulière ou un utilitaire léger dont la date de première mise en circulation est antérieure à 2001 pour un modèle diesel, ou 1997 dans les autres cas (essence en particulier).

TICPE/TICGN du GNV

Depuis le 1er janvier 2020, le GNV est soumis à la TICGN (Taxe Intérieure de Consommation sur le Gaz Naturel). Cette taxation est très favorable au GNV.

En 2021, le montant de la TICGN s’élève à 5,23 € par MWh pour le gaz naturel utilisé comme carburant des véhicules, soit 0,075 €/kg. A comparer avec les 0,594 € par litre de gazole en 2021. En passant au GNV, les transporteurs s’affranchissent en outre des démarches de remboursement partiel de TICPE sur le gazole.

TVA récupérable à 100% sur le GNV

Les professionnels bénéficient d’une TVA récupérable à 100% sur le GNV comme c’est le cas pour les véhicules utilitaires diesel.

Gratuité ou réduction des taxes sur le certificat d’immatriculation

Afin d’encourager le développement des énergies alternatives pour la mobilité, la plupart des régions ont opté pour l’exonération de la taxe régionale d’immatriculation des véhicules (Y.1), telle qu’elle est définie par l’article 1012 bis du code général des impôts.

Seuls deux territoires métropolitains appliquent, en 2021, un allègement de 50% de la taxe régionale d’immatriculation : La Bretagne et le Centre-Val-de-Loire.

Habituellement comprise entre 34 € (PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes) et 285 € (PTAC supérieur à 11 tonnes et véhicules de transport en commun), la majoration sur les véhicules de transport des catégories M2, M3 et N (Y.2) est nulle pour les véhicules exemptés de taxe régionale.

Deux petites charges sont toutefois applicables indépendamment de la source d’énergie :

  • la taxe fixe (Y.4) de 11 € instaurée pour financer la gestion et le coût de production de la nouvelle carte grise,
  • la redevance (Y.5) de 2,76 € mise en place afin de couvrir les frais d’acheminement de ces certificats d’immatriculation.

Les aides financières locales pour les véhicules GNV

Au-delà des dispositifs nationaux, de nombreuses collectivités, départements ou régions ont mis en place des aides spécifiques pour les véhicules fonctionnant au gaz naturel.

La ville de Paris par exemple propose de nombreuses aides pour s’équiper d’un véhicule utilitaire fonctionnant au GNV. Trois d’entre elles sont destinées aux auto-entrepreneurs, TPE et PME comptant jusque 50 salariés et établis à Paris, dans les Hauts-de-Seine, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne. Elles s’échelonnent de 1.000 à 9.000 euros.

  • 1.000 € : pour un micro-utilitaire de transport de marchandises de PTAC inférieur à 1 tonne
  • 6.000 € : pour un véhicule utilitaire de PTAC inférieur à 3,5 tonnes
  • 9.000 € : pour un poids lourd

Deux mesures, éventuellement cumulables avec les précédentes, ont été mises en place afin d’encourager les professionnels à opter pour des solutions de livraison plus propres et silencieuses. Elles concernent en particulier les véhicules GNV insonorisés.

  • 20% du prix HT plafonné à 2.000 € : pour un véhicule utilitaire neuf de PTAC inférieur à 3,5 tonnes
  • 20% du prix HT plafonné à 6.000 € : pour un poids lourd neuf

Deux dispositifs réservés à un nombre plus limité de professionnels complètent l’éventail d’aides à l’acquisition de véhicules alimentés au GNV. Ils concernent le transport de personnes (entreprises franciliennes jusque 150 salariés), et les auto-écoles (jusque 50 salariés) dont certaines disposent parfois de matériel roulant lourd.

  • 9.000 € : pour un autocar neuf
  • 6.000 € : pour un véhicule neuf à double commande

Métropole du Grand Paris, Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Pays de la Loire, Grand Lyon, Vallée de l’Arve, Normandie, Grenoble Alpes Métropole, Nouvelle Aquitaine, etc. sont parmi les territoires qui ont ouvert la voie à l’attribution locale d’aides en faveur de l’acquisition de véhicules alimentés au gaz naturel.

Avec ces actions d’aides locales et le développement de l’offre en véhicules, le GNV s’affirme comme une alternative propre, disponible et encouragée par les territoires. Tout en respectant l’environnement, les transporteurs sont assurés de réaliser une opération économique très intéressante sur le long terme.

Consulter toutes les aides régionales disponibles en suivant ce lien : aides régionales pour les véhicules GNV

A lire aussi

Les aides locales à l’achat de véhicules GNV en France

Ces aides, qui viennent en complément des dispositifs d’accompagnement nationaux, facilitent votre t...

Le Projet de Loi de Finance [PLF 2021] soutien la transition énergétique et appui le GNV/BioGNV

Un transporteur achète 150 k€ un véhicule GNV d’un PTAC de 3,5 tonnes. Son taux d’imposition sur les...