La PAC hybride, une solution largement favorisée par le dispositif d’aides 2019

Publié le 20/09/2019

Depuis le début de l’année, le dispositif d’aides à la rénovation offre des conditions très favorables pour l’installation d’une pompe à chaleur hybride. Au-delà de ses nombreux avantages technico-économiques, cette solution permet également au client de bénéficier de nombreuses aides à la rénovation afin de l’aider dans son projet. 

Qu’est-ce que la pompe à chaleur hybride ?

La PAC hybride, c’est une nouvelle génération de pompe à chaleur qui repose sur l’association de deux technologies utilisant deux énergies et deux systèmes matures et performants. L’équipement combine une PAC électrique et une chaudière gaz à condensation grâce à une régulation intelligente. L’objectif est de répondre aux besoins énergétiques du client tout en lui en apportant un confort garanti en toute saison à un prix optimisé.

Pourquoi choisir la PAC hybride ?

Cette solution biénergie présente de nombreux avantages. D’abord, la PAC hybride permet de profiter d’un système de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire performant, même en cas de grand froid et évite de sur-solliciter le réseau électrique en période de pointe électrique. Aussi, la PAC hybride est une solution très économique pour vos clients. Au-delà du fait qu’elle est particulièrement frugale en consommation, la combinaison des deux équipements permet de limiter la puissance du module électrique et donc d’avoir un prix d’achat très attractif. De plus, elle bénéficie d’un dispositif d’aides à la rénovation vraiment avantageux.

De quelles aides votre client peut-il bénéficier ?

Vos clients peuvent cumuler jusqu’à 5 aides nationales à la rénovation pour financer leur projet (les mêmes que celles pour la PAC électrique), à savoir :

  • Le CEE Coup de Pouce à partir de 2 500€
  • Le CITE à 30% sur le prix de l’équipement (non plafonné), et pour les ménages modestes 30% sur la main d’œuvre
  • L’éco-PTZ jusqu’à 30 000€
  • La TVA à taux réduit de 5.5%
  • Les aides de l’Anah Agilité : entre 35% et 50% du montant des travaux

Ces aides financières sont toutes cumulables.

Quelles sont les conditions ?

 

  CEE Coup de pouce CITE Eco-PTZ TVA à 5.5% Anah Agilité
Qui ? Depuis janvier 2019 et jusqu’au 31 décembre 2020, l’ensemble des ménages ont été rendus éligibles à ce dispositif, dès lors qu’ils mettent en œuvre le remplacement d’une ancienne chaudière au fioul, au charbon ou au gaz autre qu’à condensation. Les propriétaires occupants, les locataires ainsi que les occupants à titre gratuit peuvent bénéficier de cette aide fiscale jusqu’au 31 décembre 2019. Les personnes physiques (propriétaire occupant ou bailleur) d’une résidence principale de plus de 2 ans pour une durée de prêt de 3 à 15 ans. Les propriétaires occupants, bailleurs, les locataires et occupants à titre gratuit d’un logement achevé depuis plus de 2 ans. Pour une résidence principale ou secondaire. Sous conditions de ressources : les propriétaires occupants une résidence principale construite il y a plus de 15 ans.
Combien ? '- 4 000 €* pour les ménages modestes
- 2 500 €* pour les autres ménages
*Prix minimum garanti par les opérateurs
30% de Crédit d’Impôt sur le prix de l’équipement et pour les ménages modestes 30% de Crédit d’Impôt sur les frais de main d’œuvre . Le montant maximum accordé est de 30 000 €, remboursable sans intérêt.   Pour les ménages aux revenus « très modestes » : 50 % du montant total des travaux HT dans la limite de 10 000 €.
Pour les ménages aux revenus « modestes » : 35 % du montant total des travaux HT dans la limite de 7 000 €.
Important  La demande est à faire avant la signature de devis. Le CITE est non plafonné pour l’installation d’une PAC hybride. Un éco-Prêt à Taux Zéro complémentaire peut être demandé dans les 5 années à partir du 1er juillet 2019 - qui suivent l'émission du premier éco-prêt, à condition que cet éco-prêt ait été clôturé. L'éco prêt complémentaire peut financer une seule action de travaux ou plus, dans la limite de 10 000 € par action. Les 2 éco-prêts ne doivent pas excéder 30 000 €. Déclaration CERFA obligatoire pour les travaux dont le montant dépasse les 300 € TTC.  
  En savoir plus sur les CEE coup de pouce En savoir plus sur le CITE  En savoir plus sur l’éco-PTZ En savoir plus sur la TVA à taux réduit 5.5% En savoir plus sur les aides de l’Anah

 

Publié le 20/09/2019


A lire aussi

Baromètre des énergies - GRDF