Tout savoir sur les stations GNV

Le prérequis pour rouler au GNV/BioGNV, c’est de pouvoir s’avitailler ! Le réseau de stations, qui se densifie de jour en jour, est donc le maillon incontournable du développement de la filière.

En France, le réseau atteindra, selon l’AFGNV et en cohérence avec la Directive AFI, 250 stations ouvertes au public d’ici à 2020.

Quelles que soient vos conditions d’exploitation, il existe un type de station pour répondre à vos besoins opérationnels. Pour vous en convaincre, voici tout ce qu’il faut savoir sur les stations GNV/BioGNV.

Quelle station pour votre flotte GNV/BioGNV ?

La station peut, en fonction de l’usage et de la nature des véhicules qui viennent s’avitailler, adopter des techniques de remplissage différentes. À ce jour, deux types de station GNV prédominent en France : la station à remplissage rapide et la station à remplissage à la place.

La station à remplissage rapide

  • En accès privé ou ouverte au public,
  • Un avitaillement extrêmement rapide : le plein de GNV se fait comme un plein traditionnel en moins de 10 minutes,
  • L’avitaillement en station publique ne nécessite pas d’investissement pour le propriétaire du véhicule qui doit néanmoins être localisé à proximité de la station pour que cela soit rentable et pratique.

Ce type de station est privilégié par les entreprises de transport de marchandises converties au GNV.

La station à remplissage à la place

  • En accès privé uniquement,
  • Un avitaillement qui se fait en plusieurs heures (entre 5 et 10 h de charge), en horaire décalé, pendant la période d’inactivité des véhicules,
  • Un investissement qui peut s’avérer modéré dès lors qu’il est porté pour partie par l‘exploitant ou le vendeur de carburant.

Ce type de station est privilégié par les exploitants de flotte de bus convertis au GNV.

Quel dimensionnement pour votre station GNV/BioGNV ?

Vous désirez créer votre propre station pour votre flotte au GNV/BioGNV ? Se lancer nécessite un investissement qui pourra varier en fonction de différents paramètres tels que la configuration de votre site, la taille de votre flotte ou encore le mode de financement que vous envisagez.

Pour avoir une première estimation de l’investissement nécessaire ainsi que du coût de revient (hors marge) du carburant, utilisez l’outil de dimensionnement mis à votre disposition.

Dimensionner sa station GNV, c’est aussi bien choisir son compresseur !

Le choix de la technologie de compression de votre station sera déterminant car il pourra représenter entre 50 et 80 % de votre investissement total. Le compresseur devra être choisi en cohérence avec le volume de stockage de votre station qui devra absorber les éventuelles pointes de débit tout en assurant un temps de remplissage qui réponde aux conditions d’exploitation.

La gamme de taille des stations GNV est large et les coûts d’investissement peuvent être, par conséquent, extrêmement variables.

Pour en savoir plus sur le dimensionnement de votre station, consultez le guide FNCCR « comment porter un projet de station ouverte au public » et/ou contactez un conseiller GRDF.

Comment raccorder votre station au réseau de distribution ?

L’étude de raccordement au réseau public de distribution de gaz naturel est un point clé de la réalisation de votre station GNV.

Vous êtes prêts à vous lancer ? Dès l’émergence de votre projet, rapprochez-vous de votre interlocuteur GRDF qui pourra vous accompagner dans la conversion de votre flotte vers le gaz naturel en :

  • optimisant l’emplacement de la station,
  • étudiant le potentiel de conversion de flotte autour de votre projet,
  • vous partageant son expertise technique (distance au réseau de gaz, régime de pression,…), réglementaire ou encore fiscale sur le GNV et les politiques énergétiques locales,
  • proposant des outils d’aide à la décision (dimensionnement des stations, TCO,…)
  • vous informant sur les aides financières en cours.

Quel entretien pour votre station GNV / BioGNV ?

Que votre station soit en accès public ou privé, il revient au propriétaire ou à l’exploitant d’en opérer la maintenance. Selon son organisation, il pourra alors s’appuyer sur des compétences internes ou faire appel à une société externe.

On distingue deux types de maintenance :

  • Les vérifications règlementaires liées aux équipements sous pressions fixes. Celles-ci sont détaillées dans la loi du 15 mars 2000.
  • La maintenance préventive : visites périodiques, surveillance des consommations d’huile des compresseurs,…

Les coûts de maintenance de la station sont principalement liés au nombre de compresseurs et à leur activité. On les estime entre 2 000 et 3 000 € par an pour une petite station de véhicules utilitaires légers et entre 10 000 et 30 000 € par an pour une station de quelques dizaines de bus GNV (coût moyen constaté auprès d’un panel d’entreprise de maintenance).

Pour en savoir plus sur la maintenance de votre station, consultez le guide FNCCR « comment porter un projet de station ouverte au public ? ».


En savoir plus