Le GNV, qu'est-ce que c'est ?

Le GNV, c’est du gaz naturel utilisé comme carburant. Il existe sous deux formes : comprimé on l’appelle GNC, ou liquide, on l’appelle alors GNL. Sous sa forme comprimée, le GNV est délivré grâce au réseau de distribution. Le BioGNV est la version renouvelable du GNV. Ce gaz vert a les mêmes caractéristiques que le GNV, mais est obtenu grâce à la méthanisation de déchets organiques. Avec le BioGNV, on peut donc rouler durablement avec un carburant produit localement.

Santé, environnement, bruit, coût : le GNV met les gaz sur les avantages

Les nombreux avantages du GNV :

  • C’est un carburant respectueux de la santé : le GNV, c’est quasiment aucune particule fine (-95 %) et des NOx deux fois inférieurs à la norme Euro VI.

  • C’est un carburant écologique : le BioGNV, présente un bilan carbone quasi neutre, le CO2 libéré à l’échappement est équivalent au CO2 absorbé par les végétaux méthanisés.

  • C’est un carburant qui offre une grande autonomie : un plein de GNV, c’est environ 500 Kms parcourus, ce qui permet à un bus ou un car d’effectuer son cycle journalier ou à une BOM d’effectuer sa tournée de collecte des déchets.

  • C’est un carburant économique : le coût du kg de GNV étant de 20 à 30 % moins cher que le gazole, le propriétaire de flotte réalise des économies sur la durée de vie de ses véhicules.

  • Le GNV, c’est une large gamme de véhicules disponibles : du véhicule léger (VL) au bus en passant par la benne à ordures ou les camions, les véhicules disponibles en motorisation GNV couvrent l’ensemble des besoins en mobilité.

  • Le GNV, c’est un vivre en ville plus apaisé : sans odeur et peu bruyant, il libère l’espace public de ses irritants.

Le GNV, comment ça marche ?

A ce jour, environ 300 stations maillent le territoire et plus de 15 000 véhicules sont d’ores et déjà en circulation. La France, au travers de la Programmation Pluri-annuelle de l’Energie (PPE), s’est fixée des objectifs ambitieux : en 2023, 3% des poids lourds rouleront au GNV et 20% du GNV sera du BioGNV. L’objectif pour 2030 est d’arriver à faire rouler plus de 340 000 véhicules au GNV !