France relance, un plan de relance favorable aux solutions gaz pour le "monde d’après"

Le mix énergétique dessiné par le plan de relance du Gouvernement présenté le 3 septembre dernier, et notamment celui de la décarbonation des transports et de la consommation en énergie des bâtiments, envisage le gaz comme une composante incontournable. En effet, la ministre Barbara POMPILI affirme que “le gaz naturel a aussi sa place, évidemment, comme énergie de transition et notamment le biogaz”. 

Les collectivités ont un rôle majeur à jouer

Un tiers du plan de relance s’articule autour de la cohésion sociale et territoriale et le soutien à l’investissement local est au cœur de la politique de relance menée par le Gouvernement. 
Les collectivités sont ainsi désignées comme de réels pivots de la relance : les régions vont copiloter avec l’Etat l’attribution des crédits du plan de relance, vers des projets identifiés au niveau local. Une contractualisation intégrée et renforcée favorisera la synergie locale, pour confirmer la place des collectivités au cœur de la planification énergétique.

L'enjeu de la rénovation énergétique 

Au niveau national, le secteur du bâtiment représente près de 25 % des émissions de gaz à effet de serre, dont environ deux tiers sont issus du secteur résidentiel. 
Le dispositif Ma Prime Rénov’ (mis en place en janvier 2020) va être renforcé et ouvert à tous les revenus au 1er janvier 2021, pour encourager la rénovation énergétique des logements privés. L’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) va par exemple aider les ménages à remplacer leurs chaudières fioul par des chaudières gaz à très haute performance énergétique. Celles-ci s’inscrivent dans les objectifs de transition énergétique et leur remplacement est bien moins onéreux que la conversion complète du système de chauffage vers l’électricité.
Les bâtiments publics, de l’enseignement notamment, et les logements sociaux sont également concernés par des mesures ambitieuses. Elles seront pilotées et appliquées par l’Etat en coopération avec les collectivités compétentes. 

Soutien à la mobilité verte 

La question des déplacements faciles et sécurisés, par des modes respectueux de l’environnement, a été présenté par la Convention Citoyenne pour le Climat comme un enjeu majeur des politiques énergétiques à venir.

Dans cette perspective, le gaz et le biogaz (GNV/BioGNV) utilisés comme carburant, joueront un rôle important, comme les autres énergies décarbonées. A cet égard, le quatrième Programme d’Investissement d’Avenir (PIA4) comporte un important volet régionalisé, acté par l’accord de partenariat entre l’Etat et les Régions le 28 septembre. Il vise notamment à investir dans la production de biocarburants et la valorisation des biodéchets, afin de convertir au GNV/BioGNV les flottes publiques. 

Le GNV/Biognv, permet aux véhicules d’être en conformité avec la vignette Crit’Air 1, et ainsi de pouvoir circuler dans les zones à faibles émissions en respectant la qualité de l’air.