ACTUALITÉ | Événement

29.10.2019 - 15H59

Salon des maires et des collectivités locales 2019

GRDF accompagne l’essor du gaz vert en France en favorisant un modèle de méthanisation durable et maitrisée. Entretien avec Xavier Passemard, Directeur biométhane de GRDF, paru dans la revue de l’Association France Urbaine.
 

Le gaz se verdit. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la dynamique de cette filière ?

La filière biométhane a connu en moins de 10 ans un essor remarquable. On compte aujourd’hui 137 sites de méthanisation raccordés aux réseaux gaziers, dont 114 au réseau de distribution de gaz exploité par GRDF. En 2019, la production de biométhane a dépassé la consommation de tous les logements qui ont été construits en France ces deux dernières années. Cette dynamique s’inscrit dans la durée : nous avons d’ores et déjà plus de 1 000 projets en attente, représentants plus de 20 TWh de production potentielle. Les infrastructures gazières sont prêtes à accueillir le gaz renouvelable sans investissements majeurs supplémentaires.
 

Quel rôle joue GRDF dans la filière méthanisation ? Quels sont vos objectifs ?

GRDF se mobilise au quotidien pour favoriser l’injection de biométhane dans le réseau et pour fédérer l’ensemble des acteurs impliqués. GRDF accompagne les porteurs de projets, raccorde les sites de méthanisation et assure l‘exploitation et la maintenance des postes d’injection de biométhane.

L’objectif que s’est fixé GRDF est d’atteindre 12 TWh de gaz vert dans les réseaux dès 2023 et c’est réalisable !
 

La nouvelle politique pluriannuelle de l’énergie fixe un objectif de 14 TWh en 2028.
Quels sont les mécanismes complémentaires proposés par GRDF pour accélérer l’essor de la filière ?

Aujourd’hui, le développement de la filière repose sur un système de tarif de rachat. Nous travaillons étroitement avec un certain nombre d’acteurs sur des solutions qui ne pèseraient pas sur le budget de l’Etat.

Nous travaillons notamment sur un mécanisme complémentaire avec les professionnels de l'immobilier dans le cadre de la future réglementation environnementale (RE2020) dans les bâtiments. Pour de nombreux programmes, cela reviendrait moins cher d'acheter du gaz renouvelable à son coût réel que d'installer par exemple des panneaux solaires. Ce dispositif ne coûterait rien aux finances publiques. C’est donc une réponse pertinente pour les promoteurs qui auront l’obligation d’installer systématiquement des EnR dans les logements neufs.


On parle beaucoup de méthanisation agricole et des agriculteurs qui deviennent producteurs de gaz vert.
Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Avec un gisement de matière méthanisable détenu à 90% par le monde agricole, GRDF accompagne les agriculteurs dans la réussite de leurs projets de méthanisation. Les bénéfices de la méthanisation sont multiples pour les agriculteurs, elle leur permet de diversifier leurs revenus, de valoriser leur exploitation en créant une dynamique locale. Des centaines de nouveaux projets se concrétiseront d’ici 3 à 5 ans.


Quelles sont finalement les conditions pour accompagner ce développement du gaz renouvelable en France ?

La condition essentielle est de s’inscrire dans un schéma où la méthanisation est bonne pour la biodiversité, la réduction des engrais chimiques et également pour la séquestration du carbone dans les sols. Nous menons notamment des actions avec France nature environnement ou l’INRAE et les professions agricoles pour promouvoir un modèle de méthanisation maîtrisé et durable.

En quoi le gaz vert est-il un atout pour les collectivités ?

Le gaz vert ne se limite pas à la production d’énergie renouvelable, il est à la croisée des enjeux énergétiques, écologiques et économiques de notre pays. C’est une énergie souhaitée par les territoires et les élus locaux qui voient en elle un moyen de redynamiser l’économie locale et de répondre aux enjeux de leurs politiques énergétiques. Chaque région intègre une part significative de gaz renouvelable dans son Schéma régional d’aménagement. L'action des Régions est prépondérante.

 

Biographie

Xavier Passemard, directeur Biométhane chez GRDF, diplômé de l’Institut National Agronomique Paris-Grignon (AgroParisTech), a occupé pendant plus de 15 ans différents postes de Direction Générale chez SUEZ Recycling et Valorisation, en France et à l’international. Il rejoint ENGIE en 2014 pour créer et développer l’activité de méthanisation et structurer le sourcing du biométhane. Il rejoint GRDF en janvier 2019.