La PPE fait la part belle au GNV et au BioGNV

Le gouvernement français a publié le 20 janvier 2020 une nouvelle proposition de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) pour la période 2019-2028. Document stratégique de la transition énergétique institué par la LTECV1, la PPE définit les principaux objectifs courts et moyens terme de la politique énergétique de la France. Une fois encore, elle fait la part belle au GNV et au BioGNV dans le mix énergétique des transports routiers.

Rouler au GNV aujourd’hui, c’est rouler au BioGNV demain

Le projet de PPE donne un cadre de développement de la filière biométhane en France. Sur la période 2019-2028, l’enveloppe budgétaire allouée à l’injection s’élève à 9,7 milliards d’Euros. D’autres mécanismes de financement viennent compléter ce dispositif pour assurer une ambition de la filière de 12 TWh en 2023 et 30 TWh en 2030.

 

Le développement de la filière biométhane permet de garantir que la quantité de biogaz disponible pourra couvrir l’ensemble des besoins liés à la mobilité. En effet, autant les ambitions de la filière (12 TWh en 2023 et 30 TWh en 2030) que les projections du gouvernement (6 TWh en 2023 et 24 TWh en 2028) sont à mettre au regard du besoin de GNV (bio ou non) exprimé dans la PPE, correspondant à environ 18 TWh. La production de biométhane sera donc assurément suffisante pour couvrir le besoin en termes de mobilité.

 

Une aubaine pour le BioGNV puisque ce même projet de PPE rappelle l’arrêt de la vente de véhicules particuliers et d’utilitaires légers neufs « utilisant des énergies fossiles » d’ici 2040.

 

Fort développement du GNV et du BioGNV pour les véhicules lourds

La PPE prolonge le dispositif de suramortissement jusqu’en 2021

 

 

 
 
  • Dans le domaine du transport de marchandises, le GNV et le BioGNV sont les deux seules énergies immédiatement disponibles pour lancer la transition énergétique, ce qui explique leur très fort développement en France. À fin 2019, 3 550 poids lourds circulaient au GNV ou au BioGNV dont 1 150 immatriculés dans l’année.

    La PPE prévoit la poursuite de cette dynamique et estime que la flotte de poids lourds GNV représentera 21% des ventes en 2028 (soit un total de 54 000 véhicules) et 60% de véhicules d’ici 2050.
  • Le secteur du transport de voyageurs est divisé en deux activités : l’urbain et l’extra-urbain / scolaire. Ces deux secteurs connaissent également une forte dynamique, avec des niveaux de maturité différents :
    -  Pour l’autobus, plus de 16% de la flotte française roule déjà au GNV. Par ailleurs, en 2019, 22 % des nouvelles immatriculations portaient la « mention » gaz, soit plus de 1 sur 5.
    -  Pour l’autocar, le marché est naissant, l’offre véhicule étant récente. Cependant, le nombre de véhicules double chaque année depuis 2 ans pour atteindre, fin 2019, plus de 200 unités. Ce marché semble donc suivre une dynamique identique à celle du poids lourd à ses débuts.

    La PPE ne différencie par ces deux secteurs d’activité mais intègre, cependant, la dynamique de fort développement de la filière GNV. Ainsi, les parts de marchés GNV sur ces deux secteurs confondus représentent, en 2018, 4,8% et la PPE prévoit d’atteindre près de 10% en 2028 sur un marché lui-même en progression de près de 40%.

 

L’avitaillement des véhicules

La PPE prévoit un déploiement massif des stations d’avitaillement GNV / BioGNV.

 

S’appuyant sur une méthode de calcul basée sur la rentabilité des stations, la PPE prévoit, en 2028, 845 stations rentables réparties sur le territoire français. Il faudra donc multiplier par 6 le nombre de stations actuellement en service en l’espace de 8 ans.

 

Pour atteindre cet objectif, la PPE prévoit divers aménagements visant à « faciliter le déploiement des stations GNV ». L’objectif est d’accompagner le développement de la filière « par le déploiement d’infrastructures de distribution de carburants ».

 

La PPE, même si elle n’est encore qu’à l’état de projet, montre une nouvelle fois la volonté des pouvoirs publics d’inscrire durablement le GNV et le BioGNV dans le mix énergétique des transports.

 

 

Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV)

A lire aussi

#

BioGNV : Rouler 100% durable grâce au biométhane

Principalement produit en France à partir de la valorisation de déchets organiques, le biométhane a les mêmes caractéristiques que le gaz naturel...

#

Le BioGNV : un carburant décarboné

S’engager dans une démarche responsable et durable en matière de mobilité nécessite de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre..

#

Rouler propre au GNV et BioGNV

Découvrez notre espace dédié à la mobilité durable au Gaz Naturel pour Véhicule : outils, carte des stations GNV, catalogue, actualités, reportages...