Installation de la tuyauterie gaz entre le coffret GRDF et la maison : quelles sont les règles ?

Publié le 18/09/2018

Les tubes de polyéthylène sont autorisés pour la réalisation des installations enterrées et extérieures aux bâtiments. Mais, en maison individuelle, lors de l’installation de la tuyauterie gaz entre le coffret GRDF et la maison, doit-on obligatoirement réaliser l’assemblage PE/Cuivre en enterré ?

Le périmètre d’emploi des tubes de polyéthylène suppose une obligation de commuer la canalisation en cuivre avant toute pénétration de la ligne gaz dans le logement (garage, vide sanitaire, cave, volume habitable etc.).
Largement utilisé par la profession pour réaliser la ligne gaz, le polyéthylène (PE) offre plusieurs avantages par rapport aux autres matériaux autorisés d’emploi. Son coût au mètre linéaire, sa facilité de mise en œuvre ainsi que ses qualités intrinsèques, sont à l’origine de son succès. Cependant, de par sa sensibilité à certains facteurs externes, le polyéthylène fait l’objet d’un périmètre d’emploi restreint. Ainsi, son parcours autre qu’en enterré est proscrit, sauf pour quelques configurations particulières.

Un périmètre d’emploi restreint

Les ouvrages en polyéthylène doivent être conçus et réalisés de manière que les tubes ne soient pas soumis à l'influence continue du rayonnement solaire (rayons UV) ainsi que d’une source de chaleur (température supérieure à 30 °C), susceptible d’entrainer sa détérioration. Ce dernier point interdit, de fait, tout travail ou façonnage de ces tubes à la flamme.

Définition d’une canalisation considérée comme extérieur au bâtiment

Sont considérées comme extérieures à un bâtiment, les canalisations dont la projection horizontale est extérieure à la projection horizontale du bâtiment, balcons et corniches exclus. A noter, le passage destiné au franchissement d’un bâtiment autorise l’emploi du PE.

Schéma passage sous balcon - GRDF
Tableau 1 - Passage sous un balcon
Tableau 2-Passage dans un renfoncement
Tableau 2 - Passage dans un renfoncement

La jonction polyéthylène/métal peut être réalisée de deux manières

  • Par raccords à emboîture électro-soudables. Dans ce cas, seuls les ouvriers munis d’une attestation d’aptitude professionnelle sont en droit d’effectuer ce mode de jonction (conformément à l’article 7-10° de l’arrêté du 2 août 1977 modifié).
  • Par raccords mécaniques.

Les règles de l’art (NF DTU 61.1) précisent par ailleurs que cette jonction doit s’effectuer en enterré, à un mètre environ avant le point de pénétration dans le bâtiment. Cette jonction, nécessite l’interruption du fourreau, de par la réalisation d’un raccord mécanique. Il y a, en effet, interdiction d’avoir ce type d’assemblage dans un fourreau. Ce raccord est placé directement en terre.

Comment procéder à la pose en enterré ?

La pose en enterré d’une tuyauterie en polyéthylène se fait généralement sous fourreau, destiné à protéger l’ouvrage. D’autre part, la canalisation enterrée doit être signalée par un dispositif avertisseur (grillage) de couleur jaune permettant l’identification du réseau situé dessous.

Quels sont les autres champs d’application des canalisations en polyéthylène ?

Outre son utilisation pour la réalisation des parties de l’installation enterrée extérieure aux bâtiments, l’emploi de canalisations en polyéthylène est admise soit en remontée verticale sur une façade du bâtiment soit en encastré dans cette même façade et ce jusqu'au raccord métal-plastique (point de commutation entre le PE et le cuivre). Cette remontée ne doit pas excéder une hauteur de 2 mètres et doit impérativement, sur toute sa longueur, être protégée contre les chocs et la lumière (profilés etc..). Lorsque la remontée est encastrée, la canalisation en PE doit être placée sous fourreau sur toute sa longueur. Enfin, le raccord plastique-métal doit être situé dans un coffret ou protégé par un dispositif équivalent.

Cette possibilité offerte présente l’intérêt de limiter le nombre de raccords mécaniques sur le parcours de la canalisation extérieure de gaz en commuant le PE en cuivre au niveau d’un accessoire. Rappelons que lorsque la distance séparant le coffret, en limite de propriété, à la façade la plus proche du bâtiment est supérieure à 20 mètres, alors il y a lieu de mettre en place un second organe de coupure au plus proche du point de pénétration.