Prix, provenance et ressources du gaz naturel

L’évolution des prix des énergies

Orienté pendant plusieurs années à la baisse, le prix des combustibles avait connu une série de hausses en 2016 puis est de nouveau reparti à la baisse au 1er semestre 2017. Aujourd’hui, malgré une légère reprise à la hausse ces derniers mois, le prix du gaz naturel reste très compétitif, comme en moyenne sur ces dix dernières années. Son prix au kWh, abonnement inclus, reste parmi les plus bas, années après années.

Evolution du prix des énergies depuis 2007 - GRDF

Au 1er novembre 2017, les tarifs réglementés de vente hors taxes d'Engie ont augmenté en moyenne de 2,6 % sous l’effet d’une hausse des coûts d’approvisionnement du fournisseur historique, indexés à 82% sur les prix de marché de gros du gaz en Europe.
Le mouvement tarifaire de novembre se traduit pour un client type consommant 17 000 kWh/an en chauffage, par une augmentation moyenne de 2,6 € de sa facture de chauffage mensuelle par rapport au mois précédent. Ce mouvement concerne également les particuliers disposant de contrats de prix de marché indexés sur les tarifs réglementés.
Selon la Commission de Régulation de l’Energie, les tarifs réglementés de vente de gaz ont en moyenne baissé de 17,4 % depuis le 1er janvier 2014. Le gaz naturel reste ainsi une énergie attractive.

Le gaz naturel, une énergie compétitive dans la durée

L’Ademe a publié en décembre 2014 un avis sur les modes de chauffage dans l’habitat individuel. Cet avis comporte une évaluation des coûts globaux, hors aides financières, sur 15 ans, des différents systèmes de chauffage (investissement, pose, coût de l’énergie). Ainsi, que ce soit en maison neuve, associée à des panneaux solaires thermiques, ou en maison existante, l’étude fait ressortir la chaudière à condensation comme la solution la plus intéressante économiquement.

Coût global annualisé sur 15 ans - GRDF

Source : Ademe

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Energie Info. Ce site d'information du médiateur national de l'énergie, institution publique indépendante, propose notamment un comparateur des offres des différents fournisseurs de gaz et d’électricité.

La provenance du gaz naturel

En France, les sources d’importation du gaz – par gazoduc ou navires méthaniers – sont diversifiées et le portefeuille par pays d’origine s’est largement diversifié en 20 ans afin de limiter les risques de rupture d’approvisionnement. L’Europe fournit à elle-seule plus de 50% des importations brutes, avec en premier lieu du gaz norvégien dont la part a augmenté significativement depuis une quinzaine d’années pour compenser la baisse des importations en provenance de Russie et d’Algérie.
Pour en savoir plus, consultez le site Gas In Focus

la provenance du gaz naturel - GRDF

Une énergie d'avenir

Le gaz naturel est une énergie peu carbonée, avec une émission de CO2 de 10% à 30% inférieure à celle des principaux combustibles fossiles*, ce qui positionne cette énergie favorablement dans la transition énergétique, d’autant que le gaz vert qui fait son entrée progressive dans le réseau diminuera à l’avenir son impact sur le réchauffement climatique.
* Source : Extrait des "Chiffres clés Climat Air Energie 2015" (Ademe - mai 2016)

Le gaz naturel est également appelé à devenir progressivement renouvelable et de plus en plus décarboné à moyen/long terme. La loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte d’août 2015 fixe ainsi un objectif de 10% de biométhane* dans le réseau de gaz d’ici 2030. Une cible plus ambitieuse de l’ordre de 30% est d’ores et déjà envisageable à cet horizon avec le soutien de cette filière d’avenir.
* Le biométhane est, dans le procédé de méthanisation, produit à partir de la dégradation de matières organiques des déchets ménagers, agricoles, des déchets des industries agroalimentaires et des résidus de traitement des eaux usées.

 

 

Une fois collectée, les déchets sont transportés puis stockés sur le site de traitement. Ils y sont ensuite transformés en biogaz dans les digesteurs. Le résidu solide du digestat est à son tour stocké pour en faire de l’engrais organique.

C’est à cette étape que le biométhane est odorisé puis contrôlé. Il est ensuite injecté dans le réseau de gaz naturel. Produit localement, le biométhane permet le développement du territoire et favorise l’émergence d’une économie circulaire. Chauffage, cuisson, eau chaude, engrais (utilisation du digestat) et biocarburant (bioGNV) : le biométhane est ainsi une énergie alternative, renouvelable et propre, au service de tous.
En octobre 2017, 40 sites en France injectent du biométhane dans les réseaux de gaz naturel et les capacités d’injection en attente dépassent les 7 TWh.

Outre la méthanisation, de nouvelles filières de production de gaz renouvelable comme la gazéification de biomasse ou le power-to-gas (production d’hydrogène ou de méthane de synthèse à partir d’excédents d’électricité renouvelable) sont également testées et promises à un développement significatif d’ici une dizaine d’années.