Pour l'avenir du gaz aussi, GRDF recommande cinq fruits et légumes par jour

Non, GRDF, le principal gestionnaire de réseau de distribution de gaz naturel en France, ne vous annonce pas la création d’une filiale dans la fabrication d’épluche-légumes.
Non, il ne s’agit pas non plus de remplacer les véhicules d’intervention par des camions de maraîchers.

Mais il s’agit de dire que, oui, à partir des épluchures de vos fruits et légumes, il est possible de produire du gaz vert, local et renouvelable. Oui, le gaz est une énergie d’avenir, une énergie qui offre une solution de mobilité durable, une énergie moderne et connectée. Oui, le gaz est une énergie indispensable à la transition énergétique.

Et il s’agit de le dire avec une touche d’humour et d’esprit pour interpeller, sensibiliser et favoriser la prise de conscience du grand public.
 
Tel est l’objectif de la campagne de communication nationale qui sera lancée lundi prochain pour expliquer concrètement pourquoi le gaz c’est l’avenir.

LE GAZ C’EST L’AVENIR, PARCE QU’IL DEVIENT DE PLUS EN PLUS VERT

Aujourd’hui près d’une cinquantaine de sites injectent du gaz vert dans le réseau exploité par GRDF et près de 400 projets sont à l’étude. Produit à partir de déchets organiques issus notamment de cultures agricoles, d’effluents d’élevages et de déchets ménagers, le biométhane offre une énergie plus responsable pour se chauffer, cuisiner et se déplacer.

Au vu du dynamisme de la filière, l’objectif de 10% de gaz renouvelable dans les réseaux en France d’ici à 2030  pourrait être atteint et notre ambition est d’injecter, d’ici à 2030, 30%  de gaz renouvelable dans les réseaux. Et certains scénarios définissent des perspectives permettant d’atteindre les 100% en 2050 .

Le gaz vert contribue à la création de plusieurs milliers d’emplois non délocalisables et à l’ancrage d’une économie circulaire pour les territoires en permettant le traitement et la valorisation des déchets. Il permet aussi d’accompagner fortement les énergies renouvelables et de réduire les émissions de CO2, dans l’objectif de neutralité carbone fixé par l’Etat.

LE GAZ C’EST L’AVENIR PARCE QU’IL OFFRE UNE MOBILITE MOINS POLLUANTE

Le Gaz Naturel Véhicule (GNV) et son équivalent renouvelable le BioGNV permettent d’améliorer significativement la qualité de l’air, de préserver l’environnement et de réduire les nuisances sonores.
Moins polluants, ils offrent une solution alternative aux carburants traditionnels. En effet le GNV réduit de 95% les émissions de particules fines et de 50% les oxydes d’azote (NOx) par rapport à la norme Euro VI et le BioGNV offre un bilan carbone quasi-neutre.
Ils sont également moins coûteux et particulièrement adaptés au transport de marchandises et de personnes ainsi qu’à la propreté urbaine.
Aujourd’hui plus de 20 millions de véhicules roulent déjà au GNV et au BioGNV dans le monde.

LE GAZ C’EST L’AVENIR PARCE QU’IL EST MODERNE ET CONNECTÉ

Le gaz répond aux nouveaux modes de consommation. Performants et connectés, le réseau de distribution et les équipements au gaz naturel offrent des fonctionnalités adaptées aux nouveaux usages et contribuent à l’atteinte des objectifs ambitieux que s’est fixés la France en matière de performance énergétique.

Le gaz est une énergie moderne. Les équipements deviennent de plus en plus intelligents et connectés, comme les chaudières à condensation qui permettent jusqu’à 20 à 30% d’économies sur les consommations de chauffage et eau chaude (Source Ademe).

LE GAZ C’EST L’AVENIR ET IL FAUT LE DIRE !

La révolution énergétique ne se passe pas dans la rue mais dans les réseaux !  Demain, le gaz naturel sera du gaz vert !
Le faire savoir au plus grand nombre est tout l’enjeu de la nouvelle signature de GRDF qui sera dévoilée lundi prochain et ponctuera désormais toutes ses prises de parole en interne comme à l’externe. Des mots forts qui traduisent la conviction que le gaz est une énergie indispensable à un mix énergétique équilibré qui répond aux attentes des consommateurs et des territoires.


« Choisir le gaz, c’est aussi choisir l’avenir »  

Campagne visible à partir du 4 février
en presse nationale, presse régionale, affichage et digital