Optimisation d’une chaufferie existante en logement social

La modernisation de la chaufferie apparaît comme la solution la plus pertinente à mettre en œuvre lors d’une rénovation énergétique d’un bâtiment résidentiel. En effet, les travaux d’optimisation des chaufferies sont les plus performants si l’on considère l’investissement réalisé pour économiser un kWh d’énergie.

Préalable à toute intervention de modernisation de l’installation de chauffage collectif, l’audit de chaufferie est une étape indispensable qui conditionne la réussite de cette opération. Il consiste à établir, selon une analyse détaillée, l'état des lieux de l'installation afin de proposer au Maître d’Ouvrage un programme précis de rénovation, au regard des gisements d’économies associés.

Chaufferie en logement social | GRDF
Chaufferie collective au gaz

Audit technique d’une chaufferie existante : Identifier et comprendre ses étapes

La mise en conformité

Gisements d’économies sans travaux : Optimisation des réglages de l’installation

  • Débits

Un dimensionnement adapté des circulateurs permettra d’optimiser le rendement des chaudières.

  • Pressions

La pression du réseau, et notamment la pression de gonflage du vase d’expansion, joue un rôle important dans le bon fonctionnement de l’installation.

  • Brûleur

Cette opération permet, au travers d’un contrôle de la combustion et l’optimisation de l’excès d’air, d’améliorer le rendement de production, d’abaisser le coût d'exploitation avec la diminution de la consommation, et d’allonger la durée de vie des équipements de production.

  • Température de départ chauffage et rééquilibrage hydraulique de l’installation

Un rééquilibrage hydraulique doit être proposé sur les bâtiments sujets à des déséquilibres thermiques importants pouvant conduire à une augmentation de la température de départ chauffage. Cette opération consiste à réduire les écarts de températures entre les logements. Une opération de rééquilibrage conduit à des économies sur les consommations de l'ordre de 10 à 20%.

La mise en sécurité

Gisements d’économies avec travaux

  • Limitation des pertes thermiques

- le calorifugeage des tuyauteries en chaufferie permet de diviser par dix environ les pertes thermiques.

  • Remplacement de la chaudière pour réduire :

- les consommations de combustible, à confort égal, par l’augmentation du rendement et l’adaptation de la puissance aux besoins
- les coûts d’entretien et de maintenance.

  • Amélioration des équipements de la chaufferie

- En installant des équipements complémentaires à la chaufferie (Équipement de régulation du chauffage en fonction de la température extérieure ; horloge de programmation permettant d’effectuer des réductions de température la nuit…)
- En remplaçant les équipements vieillissants : circulateurs, régulation, expansion…

Ces interventions permettent d’éviter les pannes en cours de saison de chauffe, d’améliorer les rendements et de diminuer les consommations.

  • Amélioration du système d’évacuation des produits de combustion

Dans le cas d’un changement de générateur, il y a lieu de valider la compatibilité du conduit de fumée existant. La classe de résistance à la température, à la pression, aux condensats et à la corrosion doit être vérifiée.

  • Mise en place de robinets thermostatiques

Cela offre une amélioration du confort par maintien de la température ambiante souhaitée et des économies d'énergie en évitant les surchauffes.

  • Installation d’une télégestion

Ce système permet de surveiller, commander et optimiser le fonctionnement de la chaufferie à distance. L’exploitation de la chaufferie est donc optimisée.

  • Installation solaire

Afin de diminuer de manière importante les consommations d’énergie sur eau chaude sanitaire, une installation solaire peut être mise en œuvre sous certaines conditions.