Une labellisation E+C- pionnière née de la conception intégrée

« C’est un projet que nous avons travaillé en processus de conception intégrée », précise d’emblée Hervé Graton, gérant du BET Kypseli. « Nous sommes donc partis d’une feuille blanche et, en compagnie de tous les acteurs réunis autour de la table, de l’architecte au BET en passant par les utilisateurs, les élus et les gestionnaires, grâce à la mise en place d’ateliers participatifs notamment. Chacun a apporté sa touche et fait état de ses contraintes mais aussi des solutions possibles. »

Côté contraintes à lever et ambitions à concrétiser, on peut noter notamment :

  • un terrain délicat avec des expositions différentes,
  • un souhait de maîtriser les charges des résidents,
  • des coûts de construction reproductibles,
  • l’objectif d’atteindre le nouveau label E+C-.

« Nous avons eu un premier projet Bepos avec la résidence Esperia, un bâtiment en long exposé plein sud qui fut l’un des premiers collectifs labellisés Bepos en France », se souvient Nicolas Poirier, directeur du patrimoine d’Angers Loire Habitat.
« Par rapport au bilan tiré de ce bâtiment, nous voulions tester une nouvelle labellisation, l’E+C-, qui reprend l’aspect énergie du Bepos et y ajoute les analyses du cycle de vie du bâtiment, son impact carbone. ». D’où une attention forte portée à l’enveloppe du bâtiment, comme le souligne M. Graton : « Nous avons cherché le projet le plus pertinent, économiquement et structurellement parlant, mais aussi architecturalement. Nous sommes allés sur la conception de trois plots identiques regroupant les avantages de compacité et d’apport d’ensoleillement sur les différents logements, et nous les avons dotés de composantes d’isolation assez poussées. On a donc essayé de travailler un bâtiment le plus biosourcé possible, avec un impact environnemental le plus faible possible pour la construction et la mise en œuvre du bâti. L’aspect bioclimatique du bâtiment, s’il est bien traité pour trouver le meilleur point d’équilibre entre compacité et ensoleillement et doté d’une source d’énergie pertinente, permet d’obtenir le label assez facilement. Et qui dit écologie dit économie. »

Des estimations de performances élevées

Une économie que la maîtrise d’ouvrage a également veillé à assurer pour la solution énergétique. Après concertation et échange d’expérience, le choix s’est porté sur une pompe à absorption gaz naturel innovante sur forage. Un dispositif couplé à des sondes géothermiques installées à une centaine de mètres sous les bâtiments et qui offre des avantages nombreux :

• des performances à très haut rendement, car l’énergie est puisée à la fois dans le gaz et le sol,

• un Cep intéressant, situé, selon M. Poirier, « entre - 30 et - 50% par rapport aux prérequis de la RT 2012 » ,

• une part d’énergie renouvelable,

• une consommation estimée réduite, car, selon M. Poirier, « sur un autre projet de rénovation que nous avons mené et dont on a déjà tiré un bilan, nous savons que nous sommes à – 40 % de consommations énergétiques avec une PAC absorption gaz. Pour Hélios, nous sommes sur du calcul théorique, mais on peut estimer qu’on sera à - 20, - 30 % par rapport à un bâtiment RT2012. »

Le mot de Nicolas Poirier, Directeur du patrimoine d’Angers Loire Habitat.

« Ce projet s’inscrit dans une suite d’innovations d’Angers Loire Habitat. Pour la résidence Esperia, un bâtiment en long exposé plein sud qui fut notre premier programme Bepos, nous avions choisi le bois. Pour Hélios, nous avons étudié et travaillé sur une dizaine de solutions, en alliant à chaque fois un système technique et une conception bâti, et en considérant toujours ce que ça donnait en termes de charges clients rapportées au coût d’investissement pour nous ; et la meilleure solution, c’était la PAC absorption gaz couplée à une isolation thermique conséquente. Sur le reste, nous sommes restés très simples, avec notamment une VMC simple flux. »

« Quant à l’implantation du programme, c’est important de trouver une ZAC qui partage cet esprit d’innovation, pour une symbiose entre nous et le choix des élus, également associés grâce au processus de conception intégrée. Nous voulions offrir aux habitants un confort sain, simple d’utilisation, pour que l’innovation ne soit pas connotée d’un point de vue très technique mais qu’elle amène des économies de charges. Nous voulions aussi obtenir un bâtiment aux coûts de construction reproductibles, qui déploie peu de carbone à sa construction, son exploitation mais aussi sa destruction. Construire un bâtiment positif sur un terrain qui n’est pas forcément idéal, avec des orientations différentes, nous avons relevé cela comme un défi. Et au final, on parvient à ce label E3C1. »

« Nous voulions offrir aux habitants un confort sain, simple d’utilisation, et synonyme d’économies de charges »

Nicolas Poirier - Directeur du patrimoine d’Angers Loire Habitat