Les 4 avantages du gaz naturel en copropriété

Simple à installer, économique, respectueux de l’environnement et compatible avec d’autres énergies renouvelables. Ce sont là les avantages de l’installation d’une chaudière collective au gaz naturel, que les copropriétaires ne mesurent pas toujours à leur juste valeur.

1. La simplicité de l’installation

« Les copropriétaires ont souvent peur d’une transformation importante lors de la conversion d’une chaufferie collective fioul au gaz, alors qu’elle n’occasionne aucun travaux dans les appartements, ni dans les parties communes », explique Gilles Peillon, responsable énergie GRDF et interlocuteur copropriétés pour la région lyonnaise. Seule la chaudière est en effet à changer, puisque le système reste exactement le même. Résultat, l’installation ne concerne que la chaufferie de l’immeuble. Simple à installer, la chaudière au gaz est également simple dans son fonctionnement et sa maintenance, bénéficiant d’un approvisionnement continu en gaz, sans aucun risque d’interruption.

2. Le prix du gaz

Le gaz naturel présente l’énorme avantage d’être une énergie compétitive dans le temps, avec un prix relativement stable depuis 15 ans. Une stabilité qui assure une bonne visibilité des charges de copropriété. Mieux, la conversion à une chaudière gaz à condensation permet de réaliser des économies pouvant aller jusqu’à 30 à 40%, permettant une réduction immédiate des charges. Et contrairement au fioul qui se stocke et se paie à l’achat, avant usage, les factures de gaz sont adressées après consommation par le fournisseur sélectionné par la copropriété.

3. Le respect de l’environnement

Bénéficiant d’un réseau de distribution déjà existant, l’acheminement du gaz vers les copropriétés est propre et sûr. Une conversion du fioul vers le gaz est par ailleurs très profitable pour la qualité de l’air puisqu’elle permet une division par deux des émissions de dioxyde d’azote et une division par cinq des émissions de poussières et de particules. Et avec le développement du Biométhane, la version renouvelable du gaz naturel, les impacts environnementaux seront encore moindres à l’avenir.

4. La compatibilité avec les énergies renouvelables

En copropriétés, le gaz couplé à l’énergie solaire se présente comme la solution privilégiée. En d’autres termes, « la chaufferie au gaz peut être couplée avec des panneaux solaires thermiques placés sur le toit », indique Gilles Peillon, « Et ainsi venir en appoint sur l’eau chaude sanitaire ».

La fin programmée du fioul
Fin novembre 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fin du chauffage domestique au fioul d’ici dix ans. Un objectif qu’il a lui-même qualifié d’ambitieux mais qui vise à faire disparaître l’un des modes de chauffage les plus polluants, selon l’ADEME. Le nombre de logements collectifs concernés est estimé à 600 000 environ, selon les données de l’INSEE en 2017.

A lire aussi