Electricité, GNV, GNL, GPL, quel carburant alternatif pour quel usage ?

Pour être pérenne, le mix énergétique français doit être diversifié et en cohérence avec les besoins des utilisateurs et la maturité des technologies alternatives disponibles. Le GNV, dans sa version comprimé (GNC), est principalement utilisé pour les transports lourds de courte et moyenne distance, que ce soit pour le transport de personnes, la collecte des déchets mais aussi le transport routier de marchandise.

Mobilité alternative, quelle énergie pour quel usage aujourd'hui ?

En 2016, l'Etat a confirmé la nécessité du mix énergétique dans les transports via la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE). Les objectifs à atteindre d'ici à 2023 sont ambitieux pour l'ensemble des carburants alternatifs qu'ils soient électriques, gaz ou hybrides.

Programmation Pluriannuelle de l'Energie : cap sur le mix énergétique durable

Pour atteindre les objectifs listés ci-dessous, la PPE s’appuie sur le développement des carburants alternatifs et en particulier sur le GNV et le BioGNV :

  • atteindre une part de 3 % des poids lourds roulant au GNV en 2023,
  • viser une part de 20 % du BioGNV dans la consommation de GNV en 2023,
  • atteindre un parc de 2,4 millions de véhicules électriques et hybrides rechargeables en  2023,
  • viser un objectif d’incorporation des biocarburants avancés de 3,4 % en 2023 pour l’essence et de 2,3 % en 2023 pour le gazole,
  • mettre en place un cadre pour faciliter la circulation des véhicules autonomes,
  • renforcer la démarche d’engagement volontaire « CO2 les transporteurs s’engagent » pour le transport routier de marchandises (TRM),
  • faciliter le report modal et la mobilité propre.