Jean-Louis Étienne "Le biogaz est une manière intelligente d’exploiter ce qui existe."

Jeudi 19 avril 2018

De ses voyages, Jean-Louis Étienne a ramené une certitude : le changement climatique est une réalité. Dans le Grand Nord, qu’il a beaucoup arpenté, le permafrost – ce sol gelé des régions arctiques – a commencé à fondre. Et, sur toute la planète, les manifestations climatiques extrêmes sont de plus en plus fréquentes et d’une intensité croissante.
 

La transition énergétique, une nécessité

Pour le médecin qu’est aussi Jean-Louis Étienne, le monde est comme un malade atteint d’une fièvre légère, mais chronique : on ne la prend pas au sérieux, on néglige de la soigner et, avec le temps, les complications surviennent. « Nous sommes arrivés au stade des complications. Les scientifiques le savent, mais la population commence juste à le percevoir, car le phénomène est insidieux. Néanmoins, nous devons agir sans tarder, sinon nous courons à la catastrophe. » Et la solution passe par la transition énergétique. « Elle est difficile à mettre en oeuvre, notre économie étant totalement dépendante du charbon et du pétrole. Mais, pour nous en passer, nous devons lutter contre une force d’inertie colossale. Complication supplémentaire : les résultats sont lents à venir, puisque c’est l’ensemble de nos modes de vie qu’il faut changer. »

Le biogaz, un recyclage vertueux

Dans le secteur du gaz, la révolution a commencé depuis quelques décennies déjà, avec la montée en puissance du biogaz. Pour Jean-Louis Étienne, ce gaz vert issu de la fermentation de matières organiques présente un avantage majeur. « Je trouve intéressant de renouer avec l’économie circulaire de la nature. Dans la production primaire, les plantes ont utilisé la lumière du soleil pour produire des matières organiques par photosynthèse. Cette production a nourri des espèces herbivores et carnivores. Et certaines, parmi elles, ont donné une deuxième vie aux déchets en s’en nourrissant. Puis l’homme est apparu. Avec son intelligence supérieure, il a pris possession des espaces et des espèces, et a finalement compromis l’équilibre de l’écosystème naturel. Avec le biométhane, nous y retournons, en retrouvant cette idée de recyclage vertueux. Le biogaz est une manière intelligente d’exploiter ce qui existe. Pour l’instant, il est surtout consommé à proximité des zones où il est fabriqué, et utilisé pour les transports en commun. J’espère qu’à terme, il pourra prendre toute sa place parmi les énergies renouvelables. »