Les innovations du salon ISH 2017 : décryptage par notre expert

Retour sur le salon ISH de Francfort, l’un des principaux salons du génie climatique, qui s’est tenu en mars 2017. Bien que marqué par les spécificités du marché allemand, il est réputé pour révéler quelles seront les tendances de demain pour l’Europe entière, les fabricants y présentant généralement – en avant-première –  l’ensemble de leurs nouveautés.

Décryptage avec Ludovic Thiébaux, responsable du Pôle Marketing Produits à la Direction Développement de GRDF.

1/ Quelles sont les tendances à l’ISH cette année ?

Le digital et le design avaient fait leur apparition en 2015. Cette nouvelle édition le confirme. Ainsi, dans la continuité du développement des thermostats et chaudières connectés, plusieurs fabricants annoncent, d’ici la fin de l’année, la compatibilité des chaudières avec les assistants personnels vocaux (comme Alexa ou Google home par exemple) qui vont débarquer en France dans quelques mois ; commander sa chaudière grâce à son smartphone ou sa tablette est aujourd’hui une réalité. Prochainement, nous pourrons aussi le faire uniquement avec la voix ! De plus, grâce au pilotage centralisé de têtes thermostatiques électroniques équipant les radiateurs, une gestion multizone sera également possible pour toujours plus de confort pour l’utilisateur.

Le nombre de chaudières gaz naturel, dont le casing fait l’objet d’un travail soigné sur l’esthétisme, est toujours plus important. Ainsi, à l’instar d’équipements électroménagers, comme le frigo par exemple, la chaudière ne se cache plus. Si le client le souhaite, il peut opter pour un objet design qu’il sera fier de montrer. Les unités extérieures de pompe à chaleur sont également de plus en plus esthétiques ; En revanche, elles gagnent en volume afin de diminuer les nuisances acoustiques qu’elles génèrent.

2/ Quoi de neuf du côté du gaz ?

Jusqu’à présent réservés à quelques produits haut de gamme, les systèmes de régulation en boucle fermée, garantissant un réglage optimisé de la combustion, équipent de plus en plus de chaudières. Outre le gain de performance associé, c’est également une opportunité compte-tenu de la fin annoncée du gaz, en provenance des Pays-Bas, qui concerne 1,3 millions de clients dans le nord de la France. En effet, aucune intervention technique n’est nécessaire sur ces chaudières qui auto-adaptent leur réglage, notamment en fonction des caractéristiques du gaz naturel.

Le confort d’été est également de mieux en mieux pris en compte grâce à l’offre de chaudières hybrides réversibles ; en période estivale, la pompe à chaleur peut ainsi produire du froid émis dans le logement aux moyens de ventilo-convecteurs ou d’un plancher chauffant rafraîchissant.

Plusieurs PAC gaz de 18 kW étaient également présentées… même si pour l’instant le seul produit commercialisé en France a une puissance d’environ 40 kW, une gamme plus complète finira par arriver dans l’hexagone !

3/ Quelles sont les réponses des constructeurs aux nouvelles attentes des usagers ?

Sous l’effet des réglementations européennes et françaises, l’isolation des bâtiments neufs est beaucoup plus performante, ce qui a pour effet d’abaisser les besoins en chauffage. Ainsi, la part des consommations nécessaire à la production d’eau chaude sanitaire augmente. Ceci n’est pas sans impact sur la conception des chaudières, dont certaines peuvent désormais condenser également pour cet usage.

Avec l’explosion de l’informatique à domicile, des outils de portabilité et des objets connectés, les consommations d’électricité augmentent et représentent d’environ 60 kWh/m2.an,  part plus importante que celle des 5 usages devant être pris en compte dans la réglementation thermique. Aussi, le souhait de tendre vers des bâtiments dits à énergie positive (BEPOS) renforce également l’intérêt de produire localement une part d’électricité autoconsommée. 

Pour répondre à ces enjeux, plusieurs fabricants ont développé des systèmes de cogénération (production simultanée d’électricité et de chaleur) au gaz naturel par exemple de type moteur, plutôt adaptés aux bâtiments résidentiels collectifs ou tertiaires. Ces systèmes, parfois proposés en association avec des batteries de stockage, représentent une solution innovante pour la maison individuelle, à l’instar de la pile à combustible, qui génère jusqu’à environ 700 W d’électricité en plus de couvrir l’ensemble des besoins thermiques.

Portrait Ludovic Thiébaux
" Le client peut opter pour un objet design qu'il sera fier de montrer "

Ludovic Thiébaux, responsable du Pôle Marketing Produits
Direction Développement - GRDF