GRDF présent à Expobiogaz

vendredi 14 juin 2019

Les 12 et 13 juin derniers, GRDF était à nouveau au rendez-vous incontournable des professionnels de la filière du biogaz pour deux jours consacrés aux rencontres, aux échanges et aux prises de paroles. Retour sur notre présence au salon entièrement dédié aux gaz renouvelables !

Expobiogaz véritable référence sur tous les sujets portant sur les gaz renouvelables

Expobiogaz, c'est 36 conférences dédiées et 1 espace réservé. En marge du salon ont eu lieu les 1res assises nationales du gaz renouvelable organisées par le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER). Pour cette édition, GRDF s'est engagé sur 3 sujets majeurs autour  du biométhane : la PPE, les externalités positives et le financement d’un site de méthanisation.

La PPE, ce qu’il faut retenir

La Programmation pluriannuelle de l’énergie, créée par la Loi de Transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), fixe les objectifs énergétiques de la France.
GRDF, en tant qu’acteur engagé auprès de la filière, prend position sur 2 aspects du projet PPE et demande donc aux pouvoirs publics de revoir leur proposition sur :

  • l’objectif d’injection de gaz vert dans le réseau fixé aujourd’hui à 6 TWh à atteindre pour 2023. En effet, les projets de construction de sites de méthanisation à date représentent déjà 14 TWh. De plus, l’objectif de 10 % de biogaz en 2028 prévu par la LTECV n’est pas respecté.
  • la réévaluation des coûts de production. Aujourd’hui, le projet PPE prévoit une diminution des coûts de l’ordre d’1/3 en 4 ans. Cette baisse trop brutale ne pourra être acceptable pour une filière naissante. A titre comparatif, la loi de finances pour 2019, dans son volet « Transition énergétique », prévoit 5,2 milliards d’euros en faveur de la production d’électricité renouvelable contre 132 millions d’euros pour l’injection de biométhane.

Externalités positives et financement d’un site de méthanisation

Qu’est-ce qu’une externalité positive ? Ce sont tous les bénéfices que GRDF peut tirer autour de la production du biométhane hors des bienfaits du biométhane lui-même.

Et les externalités positives de la production de gaz vert sont nombreuses : création d’emplois locaux, gestion des déchets, diminution des gaz à effet de serre, pérennisation d’une agriculture durable etc.

Quelles sont les solutions pour financer un site de méthanisation ? 

La loi EGALIM, promulguée le 1er novembre 2019 permet aux opérateurs d’adapter les réseaux pour pouvoir accueillir davantage de projets. GRDF, en tant qu’acteur référent de la filière biométhane et en relation avec des partenaires bancaires, accompagne les porteurs de projets dans leurs démarches de financement.

On peut avoir recours aux crédits bancaires classiques :

Après avoir constitué un dossier détaillé et documenté, les organismes bancaires ainsi que des sociétés d’économie mixte et des fonds régionaux accompagnent les projets de méthanisation au plus près des territoires.

Ou faire appel au financement participatif :

En plus de l’aspect financier, il apporte un aspect societal. Il permet également aux citoyens de s’impliquer dans la réalisation d’un projet de méthanisation.