Les nouvelles perspectives de production de biométhane

Le biométhane se développe aujourd'hui grâce à une technologie mature : la méthanisation de déchets ménagers, urbains, industriels ou agricoles. De nouveaux procédés de production de biométhane basés sur d'autres ressources sont en cours de développement et laissent présager de belles perspectives quant à la part de biométhane qui pourra être injectée dans les réseaux de gaz naturel d'ici 2030.

Production de biométhane : de nouveaux procédés en développement

La gazéification de la biomasse

On parle de production de biométhane par des technologies de 2ème génération, ou  gazéification de la biomasse qui permettra de transformer en biométhane des ressources sèches et ligneuses (bois, paille…).

Ces procédés sont encore au stade du pilote de R&D, mais leur industrialisation est envisagée à l'horizon 2020.

perspectives biométhane

Grâce à l'excellent rendement de ce procédé, 50 % supérieur à la filière de biocarburant liquide de 2ème génération, un stère de bois suffirait pour parcourir 3 000 km avec un véhicule individuel, en s'appuyant sur une ressource locale et durable.

Les ressources forestières de la France en font un territoire propice au large déploiement de cette technologie, amorcé dans le cadre de projets pilotes. Le potentiel de production se situerait ainsi à 100 TWh en 2020 et jusqu'à 280 TWh en 2050, soit plus de 50 % de la consommation actuelle.

Les microalgues

À plus long terme, la méthanisation de microalgues apportera un nouveau potentiel de production de biométhane. Elles sont cultivées au moyen de procédés industriels qui utilisent la lumière du soleil : en recyclant le CO2, les nitrates et les phosphates émis par exemple par une installation industrielle, elles génèrent des composés à haute valeur ajouté (nutriments, oméga 3…) et des résidus pouvant être méthanisées pour produire du biométhane. Cette « troisième génération » de gaz verts intervient indirectement dans le traitement de certaines pollutions.

La France dispose d'une trentaine de laboratoires et d'autant d'entreprises qui contribuent aux efforts de R&D nécessaires à la diminution des coûts et à l'augmentation de la productivité des cultures.

En identifiant les différents facteurs de succès de cette technologie, la production de biométhane à partir de microalgues pourrait être de 1 à 10 TWh à l'horizon 2020 en fonction des surfaces accessibles et atteindre plus de 20 TWh en 2050.

Toutes ces filières sont complémentaires car elles ne mobilisent pas les mêmes ressources.

Les excédents d'électricité renouvelable

Enfin, la transformation des excédents d'électricité renouvelable en hydrogène ou en méthane de synthèse par méthanation, est activement étudiée. Ces gaz renouvelables seront certainement également injectables dans les réseaux.


À lire aussi


Pages les + vues