La Canopée, nouvelle façon d’habiter pour limiter son impact

ChargementTélécharger le PDF de la fiche

Située dans un paysage champêtre, dans la ZAC du Séqué, à Bayonne, un projet d’éco-quartier en zone périurbaine, La Canopée a reçu le Prix AMO 2013 Habitat Architecture Environnement. Cette résidence de 50 logements a notamment séduit le jury par sa capacité à imbriquer l’architecture et l’environnement en tirant parti du paysage et du climat. L’articulation entre le programme et les aspects techniques et économiques de cet ensemble d’habitat collectif dense en accession sociale à la propriété a également été saluée. 

La solution technique

Hauts sur pilotis, les logements libèrent le sol, où les cheminements dessinent une promenade de clairières en futaies pour des espaces partagés et des parkings sous bâti. L’ensemble regroupe 12 maisons individuelles en duplex, 3 petits immeubles collectifs de 3 à 4 appartements et deux entités de trois étages pour 12 et 16 logements. Un habitat mixte bois-béton cellulaire “perché” dans les arbres, construit avec des matériaux privilégiant les circuits courts comme le bois local des Landes et qui atteint les objectifs BBC.

Les immeubles, totalement intégrés à la parcelle, respectent les espaces naturels existants. Ce n’est pas le terrain qui s’adapte, mais le projet architectural… Le confort des usagers et la maîtrise des dépenses énergétiques sont notamment assurés par une enveloppe performante, des vitrages en façade sud avec brise-soleil, une double orientation nord-sud avec de longs pans à isolation continue, un chauffage au sol et des chaudières gaz naturel individuelles.

Le mot de l’architecte

Patrick Arotcharen : « Nous avons essayé d’imaginer une construction différente, plus éclatée, moins compacte, dans le respect du relief et des végétaux. La Canopée, c’est une nouvelle manière d’habiter dans la nature, qui est vécue ici comme un élément de confort et non comme une contrainte. La conception des logements avec de larges baies vitrées et la construction en pilotis donnent aux habitants la sensation de vivre dans les arbres, au-dessus des feuillages. Le projet contient une dimension humaniste, un art de vivre. De surcroît, avec un objectif de coût de construction de 1 450 € le m², c’était un challenge, une vraie prise de risque, qui a nécessité un long travail de concertation entre tous les acteurs du projet, pour parvenir à produire des logements de qualité à prix accessible. La Canopée montre que l’innovation est aujourd’hui portée par les opérateurs sociaux ! »







Le Comité ouvrier du logement est une société coopérative de production d’HLM créée en 1951 qui a permis à plus de 6 000 familles de se loger. Depuis 2012, le COL développe une autre forme de production de logements qui est l’habitat participatif. 

Véritable généraliste de l’habitat (même sil’accession reste son cœur de métier), interlocuteur privilégié des collectivités, le COL exerce trois métiers complémentaires : aménageur foncier, promoteur- constructeur, et gestionnaire immobilier.


Contact GRDF 

Alain MENDY

alain.mendy@grdf.fr

06 75 65 61 43